1775, April 16

1775, April 16, Kronstadt: Der moldauische General de Saul dankt einem Herrn von Thurn für dessen Brief vom 11. März, bittet um Nachrichten über den bevorstehenden Besuch Josephs II. in Siebenbürgen, berichtet über einen russisch-osmanischen Botschafteraustausch und aktuelle Gefahren wegen der Krimtataren und der polnischen Angelegenheiten, ersucht um Zusendung des Manuskripts eines italienischen Dramas, das in Rom anlässlich eines Konklaves aufgeführt worden sei, und bittet, Herrn und Frau von Brukenthal seine Grüße auszurichten.

 

Abschrift, vermutlich im Brukenthalischen Hausarchiv.
Bezug: Biographie, 1. Bd., S. 335 (geplanter Truppenbesuch Josephs II. in Siebenbürgen).

 

[Notiz des Kopisten am Anfang des Dokuments:] Abschrift
Brief des Moldauischen Generals de Saul
an einen Herrn v. Thurn v. 16. April 1775

 

Monsieur!

Une maladie assez incomode et longue a etè la cause que je n’ai pas repondû a La lettre du 21-me de Mars que Vous m’avez fait l’honneur de m’écrire, mais maintenant que Dieu merci je me porte mieux, et que je me vois honoré d’un autre Votre chere Lettre en date du 11.-me du mois courant, je m’acquitte de mon devoir, en Vous priant trés instament d excuser ce retard de La reponse. Pour La Lotterie que Vous me demandez information, Vous pouvez dire a Monsieur de Damiani, en lui faisant mes complimens, que pour le present je ne puis pas l’informer comme il faut; mais quand je serai a Boukorest, je me ferai un grand plaisir de Vous servir, je pense de m’y rendre vers la fin du mois de Mai, puisque j’ai recû une Lettre de Son Altesse Notre Prince[1], par la quelle il m’appele de m’a rendre à mon Poste, et je l’ai priè de permettre, que je puisse rester encore ici, jusqu’a ce que la Saison soit bien adoucie. Lorsque je serai chez moi je parlerai avec le même Prince, et si l’affaire est faisable, je Vous assure qu’il se ferà, parceque je le solliciterai, et je tacherai avec tout mon possible de Vous servir, aiez la bontè donc d’attendre jusqu’a mon arrivee a Boukorest, puisque on ne peut pas traitter par écrit un affaire semblable. Ordonez moi encore dans l’avenir Monsieur et Vous me trouerez toujours prêt a Vous rendre service. je Vous rends mille Graces pour les nouvelles que Vous m’avez marqué, et je Vous prie de me communiquer aussi à l’avenirs tout ce que Vous croirez remarquable, et digne de Votre attention, et entre autres [S. 2] quand doit on que Sa maj. Imp. Votre Empereur[2] arrivera en Transilvanie. De Nos parts j’ai des avis que l’ambassadeur Othoman destiné pour la Cour de Pettersbourg est arrivè à Silistra vers la fin du mois passé, de Là il devoit continuer son Voiage en Traversant une partie de Valaquie, et Moldavie il se rencontrer à avec le Prince Repnin[3] Ambassadeur Russe aux bords du Niester, pendant ces jours, il a éte passé par Boukorest un Capitzi Bassi[4], c’est à dire un Chambellan de la Cour Othommane qui alloit en poste à la rencontre du Prince Repnin, un Pascha aussi doit passer de Boukorest cette semaine qui suivrà le Capitzi Bassi, et receverà le Prince Ambassadeur aux Frontieres Turques. Notre Prince aussi a destiné pour Sa rencontre un Bojar des Premiers et l’Eveque de Ribnic[5]. J’etois intentionè Monsieur de rester encore chez Vous un couple d’Années, puisque je craigne beaucoup que n’eclatent pas des nouvelles trubles, a cause de Tartars de La Crimée ou des affaires de La Pologne[6]. Ah’si je pouvois rester pour toujours dans les Etats heureux de Leurs Maj. Imperiale! que je serais au comble du bonheur, et de mes souhaits. mais helas! on ne peut pas abtenir toujours ce qu’on Souhaite je quitterai bien a regrét le Sacre Asyle, et la vie

Sure, et tranquille qu’on mene a Vos Etats. je prens la liberte Monsieur de Vous declarer mes sentimens, en confiance, comme j’etois toujours assuré de Votre amitiè, et Bienveillance vers moi, la quelle je tacherai de cultiver et ici, et chez moi, pendent toute ma vie, aiant l’hounneur d’être très parfaitement.

Monsieur

 

Cronstadt. le 16 d’Avril 1775.

Votre trés humble et
trés obeiss: Serviteur:
G. de Saul.

[S. 3, Postscriptum]

Agreez je Vous prie Monsieur de presenter de nouveau mes trés humbles réspects a Leurs Excellences Monsieur, et Madame de Bruckenthal.

De plus je Vous prie Monsieur de m’envoier une copie du Drama qui s’a fait à Rome à l’occasion du Conclave[7] qui à eté, et que j’ai entendû que se trouve a Hermannstadt chez quelques uns, écrit en Italien, e même chez Mons. le Comte de Zignoni, Vous auriez la bonté de le faire copier netement et de me l’envoies par quelques occasion s’il est trop volumineu et Vous m’obligerai infiniment.

 


[1] Grigore III. Ghica, Fürst der Moldau (1774-1777).

[2] Joseph II.

[3] Nikolaj Wassiljewitsch Repnin, russ. Botschafter in Konstantinopel (1775-1776).

[4] Kapuji-bashi (Kapıcıbaşı), osmanischer Zeremonienmeister.

[5] Möglicherweise Râbnița, Stadt in der Republik Moldova.

[6] Gemeint sind innere Unruhen in Polen nach dessen erster Teilung (1772).

[7] Papst Pius VI (1775-1781) wurde 1775 nach einem 265-tägigen Konklave gewählt.

 


Download des PDF-Dokuments

 

Empfohlene Zitierweise:

Quellen zur Geschichte Samuels von Brukenthal. Aus dem Nachlass von Georg Adolf Schuller, hg. von Konrad Gündisch und Jonas Schwiertz, 2022.
URL:  https://siebenbuergen-institut.de/1775-4-16-1 (Stand: 27. März 2022).

© Arbeitskreis für Siebenbürgische Landeskunde e.V.

Alle Rechte vorbehalten.

Scroll to Top